Pourquoi une SCOP ?

Nous avons fait le choix de créer une SCOP (Société Coopérative de Production) car nous souhaitions nous engager dans un projet collectif s'inscrivant sur un socle de valeurs démocratiques.

 

Nous pensons que les principes fondamentaux de la coopérative favorisent la viabilité de notre structure, la responsabilisation de ses membres et l'implication collective autour d'une vision commune. 

Pour en savoir plus sur les principes coopératifs des SCOP, cliquez ici

A travers ce cadre statutaire, nous cherchons à construire un rapport au travail différent des associations et entreprises "classiques" ou de l'entreprenariat individuel. Il repose sur trois pilliers :

  • Constitution d'un collectif de travail et gouvernance démocratique

 

Impliquées au sein d'Interlignes en tant qu'associées - salariées, nous nous réunissons régulièrement, en dehors de nos temps d'interventions, pour élaborer ensemble nos projets, superviser nos pratiques, et gérer le fonctionnement et le développement de la coopérative. Travailler à plusieurs permet de mener des projets de plus grande envergure, de pérenniser nos engagements et de bénéficier d’un étayage mutuel qui nous apparaît être le meilleur garant de la qualité de nos interventions.

  •  Défense du salariat et prévention des risques psychosociaux

Nous veillons à minimiser les logiques de précarisation dont nous pensons qu'elles mettent à mal les capacités de travail et d'engagement des professionnels.​ Ainsi, le statut de salarié, garant d'une protection sociale de qualité, nous apparait être un premier levier de sécurisation. Nous veillons également à éviter les temps partiels subis et à valoriser financièrement, autant que faire ce peut, les salariés (intéressement, participation,...)

L’isolement et la confrontation à des situations à forte intensité émotionnelle sont des facteurs de risque et nos métiers ne sont pas exsangues en la matière.  Pour y faire face, nous sommes attentives à nos conditions de travail et développons des outils de veille relatifs à l'impact de notre travail sur notre santé.

 

  • Développement d'outils favorisant la coopération, la solidarité et la confiance.  

 

Cherchant l'équilibre entre d'une part la liberté et l'autonomie du sujet -- facteur indispensable à son bien-être et son efficacité au travail -- et d'autre part la construction d'un cadre cohérent -- qui suppose des contraintes auxquelles l'individu consent, nous avons œuvré à définir et formaliser collectivement nos modalités d'organisation et de fonctionnement et avons construit un règlement de fonctionnement exigeant et protecteur où il est mis l'accent sur le groupe.